Slogan ou citation : "Soyez profondément, farouchement véridiques. N'hésitez jamais à exprimer ce que vous sentez, même quand vous vous trouvez en opposition avec les idées reçues. Peut-être ne serez-vous pas compris tout d'abord. Mais votre isolement sera de courte durée. Des amis viendront bientôt à vous : car ce qui est profondément vrai pour un homme l'est pour tous." - Auguste Rodin

Qu’est-ce qu’on va faire de toi me demandait-on plus jeune. De mon côté, mon questionnement était plutôt Qu’est-ce que je vais librement pouvoir faire sans qu’on m’y attende à coup sur? Esprit de contradiction? Devoir de vérité, déjà!

De mes plus profonds souvenirs, je répondais certainement écrivain, journaliste, acteur ou bien réalisateur 🙂 Et si je vous disais que j’ai touché du doigt tous ces rêves d’enfant jusqu’à maintenant, et que c’est ce chemin qui m’amène à Coboom aujourd’hui.

De mes origines familiales parcourant les rives de la Méditerranée, j’en ai gardé le goût du voyage, de la remise en question, ainsi que la nécessité d’une chaleur humaine. Et le pouvoir de l’imaginaire pour changer le monde. C’est ainsi que j’ai lancé ma carrière professionnelle dans le monde juridique en réussissant tous les jalons qui me menaient aux portes du barreau d’avocat. Puis là, une première épiphanie: le droit de l’environnement. Où comment jouer mon rôle de défenseur de la biodiversité en l’intégrant dans un nouveau paradigme à considérer pour l’ensemble des entreprises.

Et le devoir de vérité et de tout comprendre se clarifiait tout au long du voyage. J’enchainais les expériences stimulantes et enrichissantes au sein d’OBNL de protection de l’environnement, de start-up offrant des solutions innovantes et technologiques pour allier l’économie et l’environnement, d’organisations publiques et politiques ou encore au sein de PME en exerçant des missions d’audit, de conformité, grâce à mon cerveau formaté de rationnel et de structure. Merci les études de Droit!

Me baladant entre Paris, Marseille, Lyon, New-York puis au Québec depuis 2016, je pense avoir rencontré l’ensemble des personas clés du monde de ce qu’on appelle encore le développement durable. Un terme un peu fourre-tout qui prône l’engagement responsable des individus et des organisations pour un monde meilleur de notre civilisation, aujourd’hui et demain.

Ma soif de vérité et la chance d’avoir pu rencontrer tant de personnes et de contextes différents me destinaient naturellement à rejoindre par la suite le monde du conseil stratégique, systémique et donc écologique. Je découvris ici la puissance majeure de l’intelligence collective en rejoignant et pérennisant une des premières communautés de pratiques entrepreneuriales montréalaise en développement durable, le Parcours Développement durable. Formidable outil de sensibilisation et d’action en parti crée par la Ville de Montréal, le Gouvernement du Québec et Ellio, où j’ai eu l’occasion d’affuter mes connaissances devenant progressivement un consultant expérimenté et actionnaire.

Mais, malgré certaines belles réalisations, l’écueil humain reste fort. Et le syndrome Wall-E dominant. Ce syndrome illustre pour moi un illogisme collectif au nom du verdissement de notre société, entretenu par les pouvoirs publics (malgré eux, sans solutions systémiques et jouant sur les contraintes), les différents secteurs d’activités (dépassé aussi mais contraint par l’image et la préservation des emplois qui pèsent sur les industries), et les organisations elles-mêmes (souvent volontaires et réellement engagées pour certaines), évoquant à tour de rôle la croissance verte, le marché vert, les innovations durables ou bien le développement durable.

Nous sommes dans l’ère Janco (veni,vidi) Vici. Des pans entiers de nos sociétés sont déjà obsolètes au regard de ce qui s’en vient vraiment. Prenant conscience avec sérieux de ce constat, les sociétés, les entreprises, les salariés, nous, n’avons plus le choix de travailler à des protocoles de renoncement et de rediriger. Rediriger les esprits, les stratégies et les opérations. Mais dissociés d’une quelconque responsabilité sociétale ou au nom d’un développement soutenable.

C’est dans cette dynamique que j’ouvre aujourd’hui un nouveau chapitre de ma carrière québécoise en m’engageant dans une nouvelle aventure, celle de COBOOM afin de jouer un rôle actif dans cette redirection, mettant ainsi l’emphase sur le design, l’innovation et la propulsion d’impact à un plus grand niveau!

Sortir du déni et accueillir l’audace et le positif dans les redirections, par et pour des territoires économiquement viables! Tout en accomplissant mon ikigai: révéler et fédérer.

error: Content is protected !!