Slogan ou citation : Vous voyez des choses et vous dites : « pourquoi ? » Mais moi je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : « pourquoi pas? »

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu une âme créative. Jeune, je présentais des spectacles de salon à ma famille avec grand enthousiasme. À cette époque, je n’étais pas la figurante, mais bien l’organisatrice des évènements. J’aimais bricoler des décors, des costumes et des billets d’assistance avec des papiers colorés. Déjà, la graine de l’entrepreneuriat était semée en moi.

 

Comme ma grand-mère aimait me dire lorsque je cuisinais des recettes avec elle, il ne faut surtout pas sauter une étape. Il vaut mieux être patient pour voir le gâteau gonfler plutôt que d’ouvrir le four et le voir tout plat. J’avais à peine 10 ans et j’ai compris que les efforts pour mener au résultat étaient d’une importance cruciale. Encore aujourd’hui, la persévérance est enracinée en moi. 

 

Fraîchement sortie du secondaire, c’est en septembre 2017 que j’ai entamé ma première session en technique en de Gestion de commerce, et la graine d’entrepreneuriat semée auparavant a commencé à grandir. À 20 ans, je m’impliquais à la fois dans le comité d’entrepreneuriat du cégep, dans un projet de vente de chandails, dans la fondation d’un comité du bal des finissants ! 

 

En mars de cette même année, j’ai appris que j’avais été choisie pour participer au camp CEED de l’École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB). Naïve de ce que ce séjour allait m’apporter, je ne me doutais pas encore que j’allais vivre la plus belle expérience de ma vie. D’ailleurs, c’est là que j’ai rencontré la formidable Catherine Dubé. Avant même de l’entendre ouvrir la bouche, son énergie m’a donnée des frissons et j’ai compris que j’avais devant moi une femme entrepreneure passionnée.

 

Puis, avant même d’embarquer dans le chapitre universitaire de ma vie, j’ai vu passer la vague de recrutement pour les Jeux du Commerce 2020. Qui ne risque rien, n’a rien. « Bien non Aurélie, tu exagères », me diront certains. À toi qui doutais de moi, je t’annonce joyeusement que je suis déléguée académique dans la discipline Innovation Entrepreneuriale.

 

Mon aventure dans la grande famille de Coboom a débuté en même temps que ma première session universitaire. Au mois de septembre 2020, Catherine m’a contactée personnellement pour me demander si je serais intéressé par un poste de stagiaire marketing. Ma réponse a tout de suite été positive, surtout que j’allais avoir comme mandat de déployer la certification de B Corp que Coboom envisageait d’obtenir. J’ai foncé dans un projet inconnu en ayant un seul but : exploiter ma créativité à mon plein potentiel. Quelques mois avant la fin de mon contrat, Laurie m’annonce que Coboom m’offrait un poste permanent dans la cellule marketing à temps partiel. Pardon, est-ce que j’ai bien compris ? Oui, je faisais désormais partie de l’équipe Coboom.

 

Me voilà aujourd’hui, épanouie et passionnée plus que jamais dans mon parcours professionnel. Tout en continuant mon Baccalauréat en marketing et dynamique entrepreneuriale à l’École des Sciences de la Gestion (ESG), j’ai l’opportunité de développer mes idées au cœur de Coboom. Quel sera mon prochain projet ? Pour l’instant, je rêve encore au « pourquoi pas? ».