12 avril 2022

Les causes fondamentales des hausses de prix de vos ressources matérielles !

La hausse des prix des ressources matérielles est significative pour les entreprises depuis plusieurs mois. Bien que les journaux populaires imputent ces hausses à la guerre en Ukraine ou à la pandémie de la Covid 19, une tendance se dessinait bien avant ces événements et continuera bien après.

L’impact des événements récents

La pandémie Covid 19

 

Janvier 2020, un virus est officiellement détecté en Chine la Covid 19. Quelques mois plus tard, c’est une bonne partie de la planète qui se met sur pause. Le confinement entraîne une réduction importante de la production de ressources matérielles créant une rareté artificielle et faisant augmenter les prix. En parallèle, les populations étant confinées, elles choisissent ce moment pour investir dans des rénovations pour leurs logements. L’offre des matériaux ne peut pas suivre la demande et la forte augmentation des prix est inévitable.

C’est exactement la situation qui s’est produite avec le bois. Avant la pandémie, le prix du bois d’œuvre était relativement stable autour de 400$ pour 1000 pieds de planche. Début avril 2022, le prix a doublé et se situe autour de 940$ pour 1000 pieds de planche. 

 

 

L’acier a pour sa part suivi une courbe légèrement différente mais le résultat est similaire. Depuis le début de la pandémie, le prix de l’acier a fortement augmenté. Au début de février 2020, le prix était autour de 3216 CNY (yuan) par tonne. Début avril 2022, le prix est à 5115 CNY la tonne. L’augmentation s’explique en partie par les rénovations intérieures mais aussi par le coût du pétrole, en hausse également.

 

La pandémie, en mettant sur pause l’activité économique mondiale, a créé un manque d’offre de plusieurs produits comparé à la demande. Nous avons cité le bois et l’acier mais d’autres ressources matérielles et énergétiques ont également été touchées. Cette hausse de prix a repris pour certaines ressources avec le déclenchement de la Guerre en Ukraine.

Guerre en Ukraine

 

Le jeudi 24 février 2022 marque un tournant dans l’histoire géopolitique mondiale. La Russie a fait entrer ses troupes en Ukraine. Cette invasion aux conséquences humaines désastreuses a aussi amené avec elle une hausse des prix de certaines ressources matérielles et énergétiques comme le pétrole, ou l’aluminium dont la Russie est l’un des principaux fournisseurs mondiaux.

Depuis le début de l’invasion, le pétrole a vu son prix monter de 89$ le baril à 102$ en ce début de mois d’avril 2022 après avoir atteint un sommet à près de 120$ le baril au début mars 2022.

 

 

Pour l’aluminium, la situation est très similaire à celle du pétrole. Les courbes se suivent fortement. Le prix est passé de 3292$ la tonne en date du 23 février 2022 à 3513$ la tonne début avril.

 

Dans ces exemples, nous voyons que l’impact de la guerre a eu un  effet important avec un pic suivi d’un rééquilibrage de courbe à un niveau plus élevé qu’avant la crise. La difficulté d’approvisionnement, due aux restrictions économiques imposées à la Russie et l’arrêt de production de nombreuses ressources en Ukraine, a créé une rareté de ces ressources et a mené à une hausse des prix pour les entreprises et, par extension, les consommateurs. 

Ainsi, les prix de certaines ressources matérielles ont connu une augmentation marquée depuis le début de la pandémie de la COVID-19 en 2020. Cependant, bien avant ces événements, l’évolution des prix sur les marchés avait déjà une tendance à la hausse.

Les pénuries de ressources naturelles

 

Au Québec, la majorité des ressources matérielles utilisées pour la transformation sont : l’acier, l’aluminium, le cuivre, le nickel, le chrome, le zinc, le bois et le ciment. Ces matériaux sont transformés et transportés grâce à trois sources d’énergies majeures : l’électricité, le pétrole et le gaz naturel. En nous intéressant de plus près à ces ressources, nous nous rendons compte que toutes ces ressources ont vu leurs coûts augmenter significativement. L’inflation globale est évidemment responsable de ces augmentations mais d’autres raisons semblent également se dessiner.

Le tension entre l’offre et la demande est l’une des principales raisons qui, accompagnée de l’inflation, participe activement à l’augmentation des coûts des ressources. C’est le cas pour  le cuivre, le chrome, l’aluminium, le nickel ou le bois.

La déforestation est aussi un enjeu pour la survivabilité de nos sociétés avec le CO2 n’arrivant plus à être stocké et les nombreux feux de forêts, l’offre commence à diminuer malgré la demande toujours plus forte.

C’est également le rapport entre l’offre et la demande qui cause les hausses de prix pour l’acier. Cependant, nous pouvons aussi attribuer les fluctuations du pétrole comme une raison à l’augmentation du prix de cette ressource. L’acier est nécessaire pour l’extraction de pétrole et plus le besoin de pétrole se fait sentir, plus le marché de l’acier se tend. 

 

 

Pour le zinc, la situation est différente. La raison additionnelle à l’inflation de cette augmentation est plus dangereuse. Contrairement aux autres ressources, le zinc est une ressource menacée de manquer dans les 100 prochaines années!

Sur les 118 métaux et minéraux industriels qui entrent dans nos économies, 44 seront confrontés à des limitations d’approvisionnement dans les années à venir. Ces éléments critiques comprennent les terres rares, les métaux précieux et même certains qui sont essentiels à la vie, comme le phosphore.

 

Enfin, le ciment, à l’instar de l’acier, voit son coût fluctuer en fonction des prix de l’énergie. La transformation du ciment en béton est très énergivore et dépend donc fortement des coûts énergétiques.

Ces dernières ressources ont également vu leurs prix augmenter de façon plus ou moins constante avec l’inflation.

Pour le pétrole, l’augmentation est bien due à l’inflation mais d’autres raisons peuvent également être avancées. Il y a une demande toujours plus grande dans la société de consommation dans laquelle nous vivons. Il y a également la diminution de l’offre. Depuis plusieurs années, nous avons de plus en plus de mal à extraire du pétrole de qualité. Les ressources des puits “classiques” s’amenuisent et il faut trouver des nouveaux moyens pour permettre à l’économie de fonctionner.

 

Pétrole quantité

Référence : Jean-Marc Jancovici, ingénieur français, consultant et spécialiste de l’énergie et du climat, professeur à l’école d’ingénieurs Mines ParisTech.

 

Dans ce graphique de Jean-Marc Jancovici (ingénieur, sommité mondial de l’énergie, professeur à l’école d’ingénieurs Mines-Paristech et membre du Haut conseil pour le climat du Gouvernement français), nous voyons clairement la situation dans laquelle nous nous trouvons en matière d’accès au pétrole et les enjeux des années à venir. Le manque de pétrole conventionnel pousse les compagnies pétrolières et les gouvernements à soutenir des projets d’extraction non conventionnels coûteux (en rouge et en vert) pour produire du pétrole de moindre qualité.

Enfin, contrairement aux autres ressources, le gaz naturel n’a que peu fluctué au cours des dernières années, excepté lors d’événements énergivores : crise de l’énergie en Californie, Ouragan Katrina et Rita, choc pétrolier en 2008.  La raison pour laquelle la hausse du prix reste moins marquée découle du développement de l’extraction du gaz de schiste au cours des années 2000.

Les raisons de l’augmentation des coûts

 

Suite à l’analyse de ces données chiffrées, nous discernons bien que, même si les crises actuelles ont eu un impact immédiat sur les prix des ressources matérielles, une tendance se dégage liée à l’augmentation de la demande pour toutes ces ressources. L’offre a de la difficulté à suivre la demande. 

De plus, l’extraction de certaines ressources est de plus en plus compliquée et coûteuse pour les entreprises. On le voit avec le pétrole mais c’est également le cas avec l’or blanc : le lithium. Cette ressource n’est pas en pénurie mais est très polluante et difficile à extraire.

Il faut plusieurs années pour planifier et ouvrir une nouvelle mine. La situation actuelle et les variations, parfois extrêmes, des prix sont un frein au développement de ces dernières. Ainsi, même si les ressources naturelles ne sont pas épuisées et auraient les quantités suffisantes pour subvenir à la demande, nous n’avons pas les stocks disponibles pour y répondre.

 

Ce manque de disponibilité est un cercle vicieux. Le fait que certaines ressources ne soient pas disponibles ou très onéreuses forcent l’augmentation des prix associés à ces ressources. Entre le 2 mars 2020 et le 6 avril 2022, le prix des panneaux solaires est passé d’environ 110,66$ à 367,55$. L’augmentation récente est causée par le manque de silicium polycristallin qui est un des éléments essentiels à leur création.

Que faire ?

 

Le 21ème siècle est annoncé comme le siècle de l’épuisement des ressources naturelles. Les prix des ressources naturelles sont en augmentation et ne redescendront pas par magie ou par la découverte d’hypothétiques technologies.

Si votre entreprise subit de plein fouet les hausses de prix des ressources matérielles, la meilleure solution est de faire appel à des spécialistes comme Coboom pour vous aider à repenser votre modèle d’affaires, votre stratégie et vos flux de valeur afin de :

  • simplifier vos produits/services et activités pour faire mieux avec moins
  • réduire l’intensité matérielle de vos produits/services et activités
  • renoncer aux produits/services et activités, ou rediriger vos activités vulnérables aux augmentations de prix et aux pénuries de ressources matérielles
  • relocaliser et réduire vos chaînes d’approvisionnement.
Partagez
error: Content is protected !!