25 janvier 2021

Ce que 2020 nous a appris

En janvier, l’heure est aux bilans. On a voulu prendre notre temps pour réfléchir à ce que 2020 nous avait appris. L’année 2020 a été une année d’incertitudes, de stress, de changements, d’adaptation mais par-dessus tout, d’apprentissages. Voici ce qu’on retient.

Ce que 2020 a amené de bon

Une meilleure communication dans le bureau 

Croyez-le ou non, la communication dans le bureau s’est améliorée. Avant, nous n’avions pas de structure de communication formelle pour nous partager de l’information au courant de la semaine. Avec le télétravail, on a instauré des rencontres quotidiennes en fin de journée, qui durent normalement une trentaine de minutes, et qui nous permettent de faire le point sur la journée et de partager les éléments importants au reste de l’équipe ! Pandémie ou non, c’est une habitude qu’on gardera certainement ! 

 

Une modification de notre vision du télétravail

Depuis quelques années, nous faisions des projets pilote afin de tester le télétravail de diverses manières, sans jamais trouver la formule qui nous convenait. Comme des milliers d’entreprises, nous avons été forcées d’y adhérer ce qui nous a permis de rapidement le modeler à notre façon. Heureusement que nous avions déjà les infrastructures technologiques en place pour faciliter la transition ! Le télétravail, qui semblait presque impossible auparavant dû à nos nombreux ateliers en présentiel, sera assurément conservé, du moins en partie, après la pandémie. Malgré tout, nous avons développé une relation amour-haine avec lui. Il permet plus de flexibilité et de performance, tout en rendant plus difficile la cohésion d’équipe. Chose certaine, on continue tous les jours de s’adapter mais le télétravail, on aime ça !  

 

Un attention à notre santé

Plus que jamais, nous avons réalisé l’importance de nos santés physique et mentale. On le sait, on se le fait souvent répéter, mais nous avons pris conscience des impacts de négliger l’une ou l’autre. On a fait des efforts quotidiens pour réellement prendre soin de nous et des autres. Notamment, on a instauré une heure d’activité physique par semaine à réaliser sur l’heure du dîner, que nous avons baptisée notre « décrochage actif », s’ajoutant au yoga hebdomadaire d’équipe qui a continué sous forme virtuelle. Prendre l’air (et parfois sortir de la maison pour la première fois de la journée) est devenu un essentiel !

 

Ce qu’on a appris

Notre équipe est forte

Nous avons réalisé que notre équipe était forte, et unie. Le sens n’a jamais eu autant d’importance qu’en ce moment. Chacune a remis plusieurs choses en perspective, s’est questionnée sur ses aspirations, mais nous sommes toutes restées dans le bateau. On a pu affronter cette tempête ensemble. La force du groupe, contre vent et marées. Nous avons pu nous appuyer les unes sur les autres et avons réalisé l’importance de chaque personne au sein de l’équipe. Comme on se le rappelait souvent, we’re all in this together ! 

 

Nos clients sont les bons 

En 2020, nous avons réalisé notre chance d’avoir des clients aussi ouverts d’esprit qui ont sauté avec nous dans l’aventure du virtuel ! On dit souvent qu’on choisit nos clients sur les valeurs, mais il est difficile de mesurer l’exactitude de cette sélection. Cependant, la pandémie nous a prouvé que c’était le cas et que nos clients étaient créatifs dans la manière de mener à terme les projets ! Pour cela, nous vous remercions du fond du coeur. Vous saurez vous reconnaître.

 

Le télétravail ne favorise pas nécessairement un meilleur équilibre de vie 

Au début, nous pensions qu’il serait facile d’avoir une vie encore plus équilibrée avec le télétravail. La majorité gagnent pratiquement deux heures de leur journée parce qu’elles n’ont plus à voyager jusqu’au bureau. Inutile de dire qu’on se trompait ! Il s’est plutôt produit l’effet contraire. Nous avons vu apparaître un gain de performance, mais aussi un épuisement généralisé dans l’équipe. Les frontières entre le bureau et la vie personnelle se sont écroulées et il a fallu réapprendre à gérer nos horaires pour ne pas trop s’en mettre sur les épaules. 

 

Le lâcher prise… ça fonctionne ! 

Il y a quelques années que nous avions de la difficulté à faire croître les ventes autant que nous l’aurions voulu. La pandémie nous a forcées à lâcher prise sur cette fameuse croissance, et à devenir extrêmement flexibles dans notre gestion afin de survivre à la COVID-19. À notre grande surprise, les ventes ont suivi. On se considère très chanceuses d’avoir su tirer notre épingle du jeu dans un environnement aussi volatile. 

 

 

La fatigue des écrans n’est pas un mythe 

Un party de Noël en virtuel c’est bien… mais on s’ennuie quand même de se voir en personne ! Les dizaines d’heures passées par semaine en visioconférence sont fatigantes et demandent une attention constante, pendant parfois plusieurs heures consécutives. Oui, nous nous sommes adaptées, mais nous avons tout de même hâte de retrouver un mode hybride où nous pourrons librement aller au bureau (pour avoir des interactions sociales !!) ou rester à la maison. Le télétravail a été génial à plusieurs égards, mais il faut reconnaître que cette fameuse fatigue des écrans est réelle et on doit se donner le droit de prendre des pauses quand ça devient trop.  

L'année 2020 en rafale

  • L’équipe s’est agrandie et nous avons accueilli une nouvelle conseillère ainsi qu’une stagiaire en marketing, qui travaille maintenant de manière permanente avec nous
  • 2 nouveaux bébés dans l’équipe Coboom 
  • 1 bébé in the oven
  • Nous avons entamé notre démarche afin d’obtenir notre certification B-Corp ! 
  • Nous avons enfin trouvé une alternative aux post-it que nous utilisions pour partager nos livrables en équipe… le tableau interactif Miro est devenu notre meilleur ami
  • Comme plusieurs entreprises, nous avons de nouvelles collaboratrices qui travaillent avec nous et qui n’ont pratiquement jamais mis le pied au bureau ! 
  • La pandémie a permis à une Coboomienne de déménager à Edmonton pour 1 an, alors que ce scénario aurait été inimaginable il y a pelne 1 an
  • Parlant d’Edmonton… nous avons commencé un club de course/marche afin de voir si on pourrait se rendre à Edmonton en additionnant nos kilomètres parcourus. On a perdu le tracking assez vite, mais l’intention était là !

P.S. Merci à Le Chiffre pour l’inspiration de cet article, on a bien aimé vous lire !

Partagez