Vous venez de faire passer la meilleure entrevue de votre vie : vous avez trouvé une personne incroyable, amusante et charmante. Elle a répondu avec brio à toutes vos questions. C’est comme si elle lisait dans vos pensées ! Elle est clairement faite pour travailler dans votre entreprise.

 

En quelques semaines, vous apprenez à la connaître. Elle commet quelques erreurs au passage, mais ce n’est pas la fin du monde. Vous vous dites qu’elle ne fait que commencer son emploi. Ce n’est pas bien grave ! Elle va s’améliorer. Grave erreur ! Trois mois plus tard, la situation ne s’est pas améliorée, même le contraire… L’employé a commencé à adopter une attitude déplaisante. Il arrive souvent en retard aux réunions importantes ou ne vient carrément pas. Il critique les décisions d’une manière déguisée. Il n’est pas aussi performant que ce qui était escompté. 

Un rêve qui tourne en cauchemar

L’employé manque également d’intégrité. Vous l’avez surpris à mentir sur ses heures passées au bureau. Il ne respecte plus les valeurs de l’organisation… Vous n’auriez pas cru que la situation puisse être aussi grave ! C’est pourquoi vous ne vous êtes pas protégé·es en conséquence. 

 

Vous avez également remarqué que ses collaborateurs ne sont plus aussi productifs. Le climat de travail est tendu, ce qui les affecte grandement. Ces derniers commencent à perdre de la motivation. La qualité de vos produits se dégrade. Votre meilleur employé n’en peut plus. Il démissionne, ne supportant plus de travailler avec ce nouvel arrivant. Vous ne savez plus quoi faire, ni comment régler ce problème. 

 

Cette mise en contexte, quoiqu’un peu extrême, expose tout de même les facettes d’une situation qu’il est possible de vivre avec une embauche qui ne se passe pas comme prévu. Voici quelques pistes de solution pour gérer une telle situation. 

Que faire avec un employé difficile ?

1- Cessez de l’éviter 

L’évitement est l’une des pires stratégies pour régler ce genre de situation. La fuite n’est pas une option. Il faut redoubler d’efforts pour évaluer objectivement l’employé concerné et lui donner une rétroaction régulière. Parfois, la personne manque simplement d’encadrement, ou n’est pas assez confiante pour bien exécuter son travail. 

2 – Soyez cohérents

La gestion d’un employé difficile ne concerne pas que lui : l’impact sur votre équipe est non négligeable. Il faut garder en tête qu’il très est important de considérer tous ses collaborateurs actuels dans une telle situation. Si vous ne donnez pas de signaux de votre insatisfaction à l’employé, vous envoyez des messages contradictoires non seulement à l’individu, mais surtout aux autres employés. Vous perdez en crédibilité et en leadership, ce qui affecte le climat global de votre entreprise. 

3- Analysez le problème

Au lieu d’éviter le problème, décortiquez-le. Prenez conscience du défi, de son impact sur votre équipe et sur l’entièreté de l’organisation. Identifiez ensuite en quoi l’employé cause problème : performance, attitude ou comportement général ? Au besoin, nommez les mesures disciplinaires qui pourraient s’appliquer dans la situation. Elles doivent être claires et connues des deux parties.

4- Rencontrez l’employé difficile

À l’aide des ressources humaines, documentez un dossier de faits concrets et de résultats tangibles. Évitez une collecte de perceptions. Donnez-lui une rétroaction constructive lors de vos rencontres : expliquez les impacts de sa performance et de ses comportements sur l’équipe et l’organisation. Identifiez quelques points à améliorer, une bouchée à la fois. Responsabilisez-le dans la recherche de solutions et établissez le plan d’action avec lui. 

5- Effectuez le suivi de ses progrès

Après vos rencontres, votre travail n’est pas terminé. Continuez à le rencontrer régulièrement, à évaluer ses apprentissages. Prenez du temps avec lui pour noter ses progrès. Aussi, l’impact sur les relations informelles d’une équipe peut être grand, et votre employé problématique pourrait se sentir isolé. Peut-être serait-ce le moment d’organiser une activité pour ressouder l’équipe?

 

Si la boucle de rétroaction ne fonctionne pas, appliquez des mesures disciplinaires : les avertissements, les avis verbaux avec notes au dossier, avis écrit, suspension (avec ou sans salaire), puis, si la situation ne s’est pas réglée, le congédiement. 

 

Cependant, ne sautez pas trop rapidement à l’étape du congédiement. Lorsqu’on renvoie quelqu’un, les coûts sont assez importants, notamment par rapport au remplacement, et le climat de travail change. Insécurité, frustration ou création de clans peuvent émerger. Une certaine peur peut se créer parmi vos employés…Seront-ils les prochains ? Rassurez-les en leur expliquant le plus possible la décision que vous avez prise.

 

En revanche, dès qu’un employé agit à l’encontre des valeurs de votre entreprise, n’hésitez pas à agir immédiatement. N’attendez pas que l’atmosphère soit devenue insoutenable pour réagir. Préparez-vous d’avance pour vous protéger ! La clé dans la gestion des employés difficiles réside dans le feedback, la cohérence, la constance et la transparence ! 

 

 

Pour de l’accompagnement avec vos défis organisationnels, contactez-nous !

 

Pour plus de ressources, consultez notre chaîne YouTube ou écoutez notre podcast Entreprendre Autrement

error: Contenu protégé !!